Les enseignants en formation seront moins bien payés


Article du Monde


LE MONDE | 16.01.09 | 14h46 • Mis à jour le 16.01.09 | 14h47

La réforme de la formation des enseignants se précise. Le ministre de l’éducation, Xavier Darcos, et son homologue de l’enseignement supérieur, Valérie Pécresse, ont annoncé, jeudi 15 janvier, des mesures financières pour remédier au risque de sélection sociale dû à l’allongement de la durée d’études, après la réforme des Instituts universitaires de formation des maîtres (IUFM). Car celle-ci implique la fin du statut d’élève-fonctionnaire.

20 000 bourses, de 1 225 à 2 500 euros annuels, seront attribuées sur critères académiques ou sociaux aux étudiants en deuxième année de master. Par ailleurs, 9 000 postes d’assistants d’éducation leur seront réservés.

La réforme, applicable en 2010, prévoit que le recrutement des enseignants se fera au niveau master 2 (bac +5). Tout candidat reçu à un concours de l’enseignement comme le Capes deviendra immédiatement enseignant.

Jusqu’alors, la plupart des enseignants étaient formés en deux ans dans les IUFM, après une licence. Pendant la deuxième année, les aspirants professeurs étaient rémunérés 1 310 euros net mensuel pendant un an au titre de « fonctionnaire stagiaire ».

Le ministère estime que, en 2010, 80 000 étudiants prépareront un concours d’enseignant. Selon le syndicat étudiant UNEF, « les bourses proposées concernent trop peu d’étudiants, et sont d’un faible montant malgré les possibilités de cumul ». Selon les calculs de l’UNEF, « entre 18 000 et 35 000 étudiants n’auront droit à aucun soutien financier ».

L’annonce de 40 000 stages, rémunérés 3 000 euros environ pour une centaine d’heures, et ouverts aux étudiants en master 2 pour les préparer à la pratique devant les élèves, n’a pas suffi à rassurer les syndicats de l’enseignement supérieur. Ils continuent de voir dans la réforme une occasion de faire des économies.

Catherine Rollot

Article paru dans l’édition du Monde du 17.01.09

Recherche

Menu principal

Haut de page